Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bons plans

Accueil du site

Nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

 

Bressuire<>Thouars<>Tours : l'actu SNCF

 

Nantes<>Bressuire<>Poitiers Nouveaux TER : cliquez ici

Le guide des transports pour les étudiants : cliquez ici

 

Vous rechercher un horaire    au départ de Bressuire,    cliquez ici

Recherche

FNAUT : Fédération Nationale des Usagers des Transports
Association d'usagers dont le but est de défendre les usagers des transports publics et de participer à la promotion des trains et des cars.

 Pour être tenu informé des actualités par mail, inscrivez-vous à la lettre d'actualité à gauche de cet écran : rubrique "Vous prévenir"
Pour agir en faveur du transport public et du TER, ou simplement pour nous soutenir, adhérez à la FNAUT ! cliquez ici

Pour nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

Poitou-Charentes

 

 

logopoitouchbleu

Fédération  Nationale des Associations d'Usagers des Transports
www.fnaut-pc.asso.fr
Association régionale de défense des usagers des transports urbains, inter-urbains, régionaux et inter-régionaux

 

Vous souhaitez adhérer à la FNAUT : cliquez ici

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:46

nv logo fnaut

 

Analyse des positions des candidats déclarés :

 

Marine Le Pen (FN) :

 

Contrairement au logement, le transport ne fait pas l’objet d’un chapitre spécifique de son programme.

La candidate du FN estime que « l’Etat doit retrouver la capacité d’une définition stratégique de la politique des services publics et de l’aménagement du territoire ». Comment ne pas l’approuver ?

 

Mais elle est opposée à la décentralisation et souhaite un retour en arrière :

elle préconise que la responsabilité des transports régionaux soit transférée à l’Etat et que les tarifs des transports de proximité soient plafonnés par l’Etat ;

elle est hostile à l’ouverture du rail à la concurrence « afin d’éviter la fermeture des lignes non rentables ».

 

Cette vision étatiste est contraire à la philosophie de la FNAUT, pour laquelle la décentralisation et l’expérimentation sont les conditions indispensables d’une bonne adéquation entre l’offre de transport et les besoins des usagers.

 

logo front national1

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:47

nv logo fnaut

 

Bilan de l’action de Nicolas Sarkozy

 

Ce bilan a été établi avec prudence car les jugements immédiats sont dangereux : les effets de certaines décisions ne sont perceptibles qu’à la longue. Qui prévoyait les transformations profondes induites par l’introduction des Plans de déplacements urbains par Corinne Lepage ? L’impact des dispositions de la loi Grenelle 2 est encore difficile à  apprécier (et de nombreux décrets d’application restent à prendre).

 

Le Grenelle de l’environnement, qui a suscité beaucoup d’espoirs, a débouché, dans un premier temps, sur un ensemble de décisions positives :

+  subventionnement des TCSP des villes de province (deux appels à projets) ;

+  lancement de 4 LGV et lancement de la régénération du réseau ferré classique, laissé à l’abandon par les gouvernements précédents de droite et de gauche ;

généralisation de la prime transport pour les déplacements domicile-travail ;

+  loi Bertrand sur le service prévisible et extension au transport aérien (à confirmer) ;

+  avancées sur le Code de la rue bénéfiques aux cyclistes ;

+  actualisation du montant des amendes pour stationnement illicite ;

+  lancement du cadencement des services ferroviaires ;

convention Etat-SNCF sur les trains TET, taxation des sociétés autoroutières pour les financer ;

création de la carte enfant-famille valable sur les TGV, Téoz et Lunéa ;

+  taxation des plus-values foncières pour financer les TCSP ;

+  hausse du versement transport (villes moyennes et touristiques) ;

+   quelques avancées sur la politique urbanisme-transport (loi Grenelle 2) et l’intercommunalité ;

+  poursuite d’une politique ferme de sécurité routière (avec des accès de faiblesse).

 

Puis de sérieuses déceptions ont été provoquées, en particulier par l’abandon de la taxe carbone, une mesure pourtant très sérieusement édulcorée par rapport aux préconisations de la commission Rocard.


Cet abandon – facilité par l’attitude de l’opposition - a été suivi d’un revirement très net de Nicolas Sarkozy (mars 2010) : « l’environnement, ça commence à bien faire », « passer du tout autoroute ou du tout route à l’excès inverse de l’interdiction de tout projet, c’est condamner des départements et des territoires à une mort qui ne correspond en rien à leur avenir »

 

logo ump21

 

En définitive, même si l’impact de certaines dispositions de la loi Grenelle 2 est encore difficile à apprécier, la «révolution profonde et tranquille» annoncée lors du Grenelle de l’environnement n’a manifestement pas eu lieu, la «stratégie de rupture» annoncée n’a pas été mise en oeuvre.

 

+ Bien des décisions ont été écartées (réduction des vitesses routières, taxation du kérosène),

n’ont été que des demi-mesures (vélo, sécurité routière, versement transport, trains TET, réforme des collectivités territoriales), ont été retardées (redevance poids lourds, réforme de la gouvernance du système ferroviaire) ou sont restées à l’état d’annonces (SNIT).

Les réouvertures de lignes périurbaines ont été bloquées par l’absurde « circulaire Bussereau » exigeant la suppression systématique de tous les passages à niveau.

 

+ Des contradictions sont apparues (relance des autoroutes A831 et A45 et de bien

d’autres investissements routiers, aéroport de Notre-Dame-des-Landes, nouveaux avantages fiscaux accordés aux transporteurs routiers, autorisation de circulation des 44 tonnes, prime à la casse, soutien financier accordé au secteur automobile sans contrepartie dans le cadre du grand emprunt, subventionnement des agrocarburants de première génération).

 

+ Enfin les difficultés de financement du transport collectif n’ont pas été résolues.

Le troisième appel à projets prévu pour les TCSP n’a pas eu lieu. Les subventions de l’Etat à RFF ont baissé et il manque au moins un milliard d’euros par an pour que le système ferroviaire puisse fonctionner correctement. Pourtant le projet de LGV Poitiers-Limoges (pourtant le premier projet de LGV à éliminer) a été confirmé récemment.

 

En définitive, la situation n’a pas connu d’évolution à la hauteur des enjeux : ainsi le fret ferroviaire s’est effondré de 25% depuis 2008, la pollution automobile urbaine n’a pas été réduite, les retards d’équipement en transport urbain et en ferroviaire se sont accumulés, la France ne s’est pas préparée à la fin prochaine du pétrole bon marché, la réduction de la consommation d’énergie et des GES dans le secteur des transports a été très largement inférieure aux objectifs du Grenelle de l’environnement.

 

Tout ne pouvait pas changer en cinq ans, mais le bilan global n’est pas satisfaisant car les décisions ont trop manqué d’ampleur et de cohérence.

 

6883581231_9bc8c08d28_z.jpg


La perspective d’une réélection de Nicolas Sarkozy suscite donc bien des réserves : tout ne pouvait pas changer en cinq ans, mais le bilan global est décevant car les décisions ont trop manqué d’ampleur et de cohérence.

 

Cependant - toujours uniquement en ce qui concerne les transports et l’environnement - on peut en dire autant, comme nous allons le voir, des intentions de François Hollande et – à de rares exceptions près – des autres candidats.

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 09:48

 

nv logo fnaut

 

  Charte des Transports proposée par la FNAUT (2) :

les principes et les moyens d’une politique nouvelle

 

 ( suite )

 

Les moyens d’une politique nouvelle

 

Une politique efficace des transports passe par une profonde révision du choix des infrastructures nouvelles (SNIT), encore beaucoup trop axé sur la route ; de la fiscalité et des financements ; de la réglementation et de la gouvernance.

 

Infrastructures nouvelles


+ Abandon des projets autoroutiers ou de type autoroutier

+ Abandon des projets aéroportuaires (Notre-Dame-des-Landes)

+ Abandon des projets de canaux à grand gabarit (Seine-Nord, Saône-Moselle)

+ Accélération des investissements de TCSP urbains, des aménagements cyclables et de

l’adaptation des transports urbains aux personnes handicapées

+ Régénération, modernisation et maillage du réseau ferré classique

+ Hiérarchisation des projets de LGV (abandon du projet Poitiers-Limoges)

+ Investissements à l’échelle européenne : lignes transfrontalières et internationales, autoroutes, ferroviaires et maritimes


P1020831.jpg 2005-voie-ferree-nantes-vers-bordeaux-1v.jpg

En matière d'infrastructures, les choix favorisent la route au détriment du rail (2 x 2 voies de type autoroutière 

entre Laval et Mayenne et voie ferrée Nantes - Bordeaux

Fiscalité


+ Diminution du niveau du barème fiscal kilométrique

+ Taxation du kérosène consommé par les avions en trafic intérieur

+ Introduction d’une écoredevance sur le billet d’avion pour financer les LGV

+ Hausse des taxes sur les péages autoroutiers pour financer les trains Intercités

+ Mise en place rapide de l’écoredevance poids lourds pour financer le fret ferroviaire  (chaque écoredevance doit être affectée de manière précise, rationnelle et pédagogique)

+ Arrêt de la baisse du taux de la fiscalité des carburants automobiles

+ Suppression des subventions aux agrocarburants 

+ Extension du versement transport des entreprises à l’ensemble du territoire

+ Retour de la TVA à 5,5% pour les transports publics

  Fresque 2006 06 25 07

Le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes est emblématique des choix politiques dans le domaine des transports

 

Réglementation


+ Approfondissement du Code de la Rue

+ Réduction de 10 km/h de la vitesse maximale autorisée sur route et autoroute

+ Maintien des sanctions pour les petites infractions au Code de la route

+ Normes environnementales plus sévères (émissions de gaz à effet de serre par les véhicules)

+ Affichage obligatoire du contenu en gaz à effet de serre de toutes les prestations de transport

+ PDU obligatoires dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants

 

Gouvernance


+ Poursuite de la décentralisation (stationnement urbain, possibilité d’expérimenter le péage

urbain dans toutes les villes, autorisation d’augmenter la part régionale de la TIPP)

+ Répartition des compétences transport des départements entre agglomérations et régions

+ Simplification de la gouvernance du système ferroviaire

+ Ouverture à la concurrence (TER et trains Intercités) avec guichet unique pour le voyageur

et maintien de la tarification sociale

+ Soutien aux opérateurs ferroviaires de proximité (fret)

Repost 0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 09:51

nv logo fnaut

Charte des Transports proposée par la FNAUT  (1):

les principes et les moyens d’une politique nouvelle

(février 2012) 

 

Des enjeux fondamentaux


L’organisation de la mobilité des personnes et des marchandises conditionne de nombreux paramètres de la vie collective ou interagit avec eux :

+ la facilité et la sécurité des déplacements quotidiens et occasionnels ;

+ la consommation des ménages ;

+ la qualité du cadre de vie et la santé publique ;

+ le fonctionnement des entreprises et l’équilibre de notre balance commerciale ;

+ l’urbanisme et l’aménagement du territoire ;

+ le réchauffement climatique (le transport en est le premier contributeur, avec la plus forte croissance).

 

Un état des lieux inquiétant


Malgré certaines évolutions positives, force est de constater que la situation n’est pas favorable :

+ la mobilité des piétons et cyclistes reste entravée par un trafic routier omniprésent ;

+ la mobilité des personnes handicapées s’améliore bien trop lentement ;

+ le nombre et la gravité des accidents de la circulation se maintiennent à un niveau inadmissible;

+ faute d’investissements réalisés à temps, le système de transport collectif (grandes

agglomérations, ferroviaire) est saturé et les infrastructures se sont dégradées ;

+ de vastes zones sont mal desservies (petites villes, zones rurales et périurbaines) ; l’accès

à l’emploi, aux établissements d’enseignement, aux services de santé est difficile pour une part notable de la population ;

+ les entreprises souffrent de la congestion des réseaux routiers et des transports publics ;

+ de nombreux services ferroviaires sont menacés (TER, Intercités et même TGV) ;

+ le fret ferroviaire a diminué de moitié depuis 2000 (il a augmenté de 50% en Allemagne) ;

+ l’étalement urbain (lié à la pénurie de logement social) et la métropolisation se sont poursuivis ;

+ les nuisances de l’automobile, du camion et de l’avion impactent le cadre de vie et la santé publique;

+ la segmentation et l’artificialisation du territoire n’ont pas été enrayées ;

     + la dépendance pétrolière et le réchauffement climatique se sont accentués. 

  PENSEUR

 

Trois principes directeurs pour une politique nouvelle

L’expérience a largement démontré que la voiture (surtout en milieu urbain), le camion (surtout sur la longue distance) et l’avion (surtout sur la courte distance) occupent aujourd’hui une place excessive qui doit être réduite au bénéfice :

+ du vélo, du transport urbain, de l’autocar et du TER pour les déplacements de proximité ;

+ du TGV et du train Intercités pour les déplacements à moyenne et longue distance ;

+ du rail et de la voie d’eau pour le transport du fret.

 

Dans cette perspective, la FNAUT propose trois principes directeurs :


+ chaque mode de transport a un rôle à jouer mais il doit être cantonné à son domaine

de pertinence, défini à partir de ses caractéristiques techniques, économiques et environnementales ;

+ chaque mode de transport doit assumer ses coûts externes à travers sa tarification ;

+ l’aménagement du territoire et la politique industrielle doivent limiter le besoin de mobilité (densification urbaine, revitalisation des villes moyennes, relocalisation des activités).

Repost 0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 00:57

nv logo fnaut

Avant de présenter prochainement les intentions des candidats à l’élection présidentielle 2012, nous publions ici la suite du bilan de l’action de Nicolas Sarkozy, depuis 2007, dans le domaine des transports. Les décisions positives sont notées en italique.

logo ump21

Gouvernance

+ La réforme des collectivités territoriales fait progresser l’intercommunalité mais la création des conseillers territoriaux est dangereuse, le rôle de la région et de l’agglomération comme chefs de file des transports de proximité est ignoré.

Financements

+ Possibilité de taxer les plus-values immobilières liées à la construction d’un TCSP (loi Grenelle 2).
+ Augmentation du versement transport des entreprises dans les villes moyennes s’équipant d’un TCSP et dans les communes touristiques (passage de 1,8 à 2% dans toutes les grandes agglomérations), mais pas d’extension aux territoires non urbains et aux petites entreprises.
+ Taxe sur les sociétés autoroutières pour financer les trains TET .
+ Pas de désendettement de RFF, forte hausse des péages sur les LGV qui réduit la rentabilité du TGV.
+ Soutien financier nettement plus marqué en faveur du secteur automobile (électrique ou non) plutôt qu’en faveur du transport public.

Environnement

+ Bonus-malus à l’achat d’une voiture.
+ Quelques avancées sur la politique urbanisme-transport (loi Grenelle 2).
+ Effets pervers de la prime à la casse.
+ Etalement urbain peu combattu, soutien prioritaire à la maison individuelle, sans remise en cause de l’organisation des nouvelles implantations d’activités et de commerces.
+ Abandon du projet de taxe carbone ou contribution climat-énergie.
+ Report de la taxe poids lourds (mais difficultés techniques réelles).
+ Aucune mesure de maîtrise du trafic aérien intérieur (écotaxe).
+ Subventionnement des producteurs  d’agrocarburants de 1ère génération.

 

 

logo
Des choix contradictoires

De bonnes initiatives ponctuelles ont été prises par l’Etat mais on a assisté aussi à des reculades.

 

En définitive, on n’observe  pas de progrès décisifs, faute d’une vision d’ensemble de la politique des transports, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (la FNAUT ne sous-estime pas le rôle négatif qu’ont souvent joué l’opposition - notamment lors de l’abandon de la taxe carbone - et les élus locaux de droite et de gauche, pour lesquels le développement routier fait trop souvent office de pensée unique).
 

 

Le Grenelle de l’environnement a soulevé beaucoup d’espoirs, mais la réorientation profonde de la politique des transports que la FNAUT estime indispensable et politiquement possible n’a pas été engagée :


+ le rééquilibrage des crédits en faveur des modes respectueux de l’environnement n’a pas eu l’ampleur souhaitable ; bien des projets (certaines LGV en particulier) peuvent impressionner mais, non financés, ils ne sont que des effets d’annonce ;
+ des contradictions évidentes subsistent, ainsi des investissements lourds sont envisagés pour le fret ferroviaire mais sans être accompagnés de vraies contraintes sur le fret routier ;
+ l’Etat a davantage soutenu l’industrie existante que réorienté la demande de mobilité vers les modes moins consommateurs d’énergie :
+ la hausse des péages ferroviaires rend difficile la modernisation du matériel et le développement de l’offre ; faute de ressources spécifiques des régions, les conditions de financement du TER se sont dégradées, alors que la demande croît en raison de l’aggravation des conditions et du coût d’usage de la voiture.



Des résultats trop limités

En définitive, les mesures prises depuis 2007 par l’Etat n’ont pas été à la mesure des enjeux (en France, les transports sont responsables de 28% des émissions de gaz à effet de serre et dépendent à 68% du pétrole) :


+ l’objectif de réduction du nombre annuel des tués sur la route à 3 000 en 2012 ne pourra pas être atteint ;
+ la France a été condamnée par l’Union Européenne faute de mesures réduisant la pollution automobile urbaine ; le trafic routier de fret a crû en tonnage et en parts de marché ;
+ les importations de pétrole pèsent très lourdement sur la balance commerciale de la France ;
+ enfin la diminution des gaz à effet de serre dans le secteur des transports n’est pas conforme aux objectifs.

c313.gif

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 09:58

Année 2012 élections obligent, le Blog de la FNAUT Pays de la Loire va lui aussi "entrer en campagne politique" et faire comme c'est le cas depuis plusieurs années, analyser, questionner les candidats ... au niveau national, régional où local...

Aussi pour lancer le débat... honneur au sortant... Pardon pour éviter toute ambiguïté disons les choses autrement  : Quel est le bilan dans le domaine des transports de la madature du président  Nicolas Sarkozy ?

nv logo fnaut

 

Note de lecture 

Il s'agit du bilan de l'action de Nicolas Sarkozy depuis 2007. Les décisions positives sont notées en italique.

logo ump21 

Un bilan de l’action de Nicolas Sarkozy

Infrastructures
+ Réapparition des subventions de l’Etat aux TCSP des villes de province mais pas aux investissements cyclables.
+ Lancement d’Arc Express en Ile-de-France.
+ Lancement de 4 LGV (Bretagne, SEA, Est 2ème phase, Nîmes-Montpellier) mais encore des gares TGV exurbanisées.
+ Lancement de la régénération du réseau classique (le rapport Rivier date de 2005) mais à un rythme insuffisant.
+ Blocage des réouvertures de lignes par Dominique Bussereau (suppression exigée des passages à niveau) sauf Belfort-Delle.
+ Poursuite du programme autoroutier (environ 1 000 km).
+ Lancement de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (avec l’appui déterminant des élus PS du Grand Ouest).
+ Lancement du canal Seine-Nord sans études sérieuses de ses effets pervers.
+ Manque de cohérence du SNIT (autoroutes concurrentes de voies ferrées existantes qui devraient être modernisées) et absence de priorités : programme sensible aux demandes locales, parfois sans justification économique (cas du programme autoroutier et d’une partie du programme LGV, en particulier l’antenne Poitiers-Limoges).

Exploitation

Mesures générales
+ Généralisation à tout le territoire de la prime transport (remboursement de 50% du coût de l’abonnement domicile-travail).
+ Loi Bertrand sur le service prévisible (son perfectionnement est nécessaire mais juridiquement délicat).

Déplacements urbains
+ Des progrès sur le code de la rue (double sens cyclables dans les rues à sens unique) mais pas de politique globale vélo.
+ Actualisation des amendes pour stationnement illicite de 11 à 17 euros (un niveau encore insuffisant et non modulable).
+ Pas de décentralisation du stationnement et de dépénalisation des amendes.
+ L’autorisation d’expérimenter le péage urbain mais dans des conditions trop restrictives (agglomérations de plus de 300 000 habitants seulement).

Transports ferroviaires
+ Lancement du cadencement.
+ Convention Etat-SNCF mais la SNCF poursuit ses suppressions de trains TET.
+ Création de la carte enfant-famille (mais limitée aux TGV, Téoz, Lunéa).
+ Lancement du débat sur l’ouverture du TER à la concurrence (rapport Grignon) mais inabouti.
+ Restriction drastique du trafic de wagon isolé par la SNCF. Lancement des opérateurs de proximité mais manque de soutien par l’Etat.

Circulation automobile
+ Pas d’amnistie présidentielle en 2007.
+ Assouplissement du permis à points et reculade sur les radars, d’où un arrêt de la baisse de la mortalité routière.
+ Nouveau barème fiscal automobile, qui surestime encore davantage le coût d’usage de la voiture.

Transport routier de marchandises
+ Contrôles insuffisants (temps de travail des conducteurs, vitesses, charges).
+ Autorisation des 44 tonnes et autres avantages réglementaires et fiscaux accordés aux transporteurs.

Transports aériens
+ Pas de taxation du kérosène.A sui

 

deraillement.jpg

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:02

logofnaut2012

 Si l'année 2011 a été marquée par de nombreux retards, avec des "bugs", les cafouillages à répétitions sur certaines lignes, le début de l'année nouvelle pouvait laisser penser qu'il en serait de même pour 2012.

Mais il se pourrait bien qu'elle prenne une autre tournure avec la création de l'Autorité de la qualité de service dans les transports.

Son site internet  qui sera accessible au public dès le lundi 20 février sera très utile pour les usagers qui pourront comparer les retards dans les transports.

C'est  jeudi 15 février  que la ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, a lancé officiellement l'Autorité de la qualité de service dans les transports chargée de veiller à une meilleure ponctualité des lignes ferroviaires et aériennes.

Cette structure aura pour vocation de mieux informer les voyageurs en particulier par l'intermédiaire de son site qui permettra aux usagers de repérer les lignes les moins ponctuelles.


transport_actu49935_photo.jpg  

La création de l’Autorité de la Qualité de Service dans les Transports par le ministère des Transports répond en priorité à 2 objectifs :

+ inciter les opérateurs à améliorer la qualité de service dans les transports par la publication d’indicateurs fiables sur la régularité, la ponctualité et la qualité de l’information diffusée aux voyageurs ;

+ informer les voyageurs, de manière claire et transparente, sur leurs droits et sur les démarches à accomplir pour les faire valoir.

 

Un site internet qui recense les statistiques sur les retards

Ce site :  www.qualitetransports.gouv.fr. recense toutes les statistiques sur les retards et annulations de 120 liaisons aériennes et 100 lignes TGV en France.

Dans sa présentation la ministre a précisé "L'idée est d'offrir aux usagers une information validée et officielle pour leur donner les moyens d'exercer leur jugement et leur choix pour voyager. C'est également, pour les pouvoirs publics, un moyen d'exercer une pression amicale sur les opérateurs de transport pour qu'ils améliorent la fiabilité de leur service. Eux-mêmes sont demandeurs pour montrer que beaucoup de trains ou d'avions arrivent aussi à l'heure."

A la fin de l'année, les informations sur la ponctualité des TER, du RER, des liaisons longues distances par car et les transports urbains dans les villes de plus de 500 000 habitants viendront enrichir le site.

Le principe d'utilisation se rapproche de l'usage des sites de réservation de voyages ou de recherche d'itinéraires. Après avoir définit son itinéraire (départ et d'arrivée), l'usager  découvre des statistiques très précises sur l'offre de transport (desserte en nombre de trains),  la qualité du service (nombres de retards et d'annulations)  et enfin le temps de transport. 

2006_retard_annulation.jpg

 

Notre Fédération (la FNAUT) se félicite de ce lancement. 

Alors que les litiges liés aux voyages augmentent et que le besoin d’information des passagers sur leurs droits se fait plus pressant, ce site unique en Europe met à la disposition du public plus de 27 000 données relatives à la ponctualité des transports aériens et ferroviaires longue distance .

Cet accès à des statistiques objectives et publiques est essentiel notamment pour des gens en recherche d'emploi ou mutés dans une autre région.

La FNAUT qui comme association de consommateurs saisit les instances de médiation,  ne peut qu'apprécier cette création d'autant que le site propose également un guide des droits et démarches des voyageurs en cas d'incidents, perte de bagages, retards, remboursements.(voir aussi)

Pour mémoire le médiateur de la SNCF a ainsi reçu 3400 réclamations en 2010 et la Direction générale de l’Aviation civile 3500 en 2011.

 

Pour en savoir plus sur  : la FNAUT association de consommateur 

 

Voir le site national de la FNAUT

Repost 0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 09:54

La FNAUT dans la campagne ... électorale...

Non, rassurez-vous la FNAUT ne se lance pas en politique ... elle suit les "politiques" dans leurs programmes et leurs propositions... pour mieux les analyser... mesurer les insuffisances et les avancées...

 

Deux semaines "très politiques" sur le Blog de la FNAUT

Cette semaine et la suivante le Blog de la FNAUT Pays de la Loire va publier dans un premier temps la "Chartes des transports" que la FNAUT Nationale a élaboré et qui définit selon elle, les principes et les moyens d’une politique nouvelle dans le domaine des transports.

Puis un nouveau bilan avec une analyse du quinquenat de Nicolas SARKOZY dans le domaine des transports sera publié, avant d'introduire les propositions des autres candidats qui seront eux aussi décryptés et analysés en fonction des attentes de la FNAUT ... 

Donc tout un programme...

 

logo-modem-carre-blanclogo ump21images eelvlogo lutteps logoLOGO-PClogo_front_national1.pngnouveau-logo-pg

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 17:24

LogoAPE1.jpg

Lettre ouverte au ministre (intérimaire) de l’Ecologie :
A quoi sert le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) ?

 

Monsieur le Ministre (intérimaire) de l’Ecologie,

 
Paris, le 28 février 2012 - Le Conseil économique, social et environnemental rend ce jour un avis sur le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT). Ce document a vocation à faire la liste des infrastructures de transport que l’Etat français estime prioritaires pour les 20 à 30 prochaines années. Alors que ce document d’orientation devait être publié selon les termes de la loi « Grenelle1 » avant le fin 2009, le SNIT poursuit son lent (très lent) cheminement institutionnel. Il doit encore être débattu par l’Assemblée nationale et le Sénat… actuellement en vacances parlementaires.


Bien que le « Grenelle de l’environnement » ait considéré, en 2007 que priorité devait être donnée au rail, la relance d’un vaste programme autoroutier est inscrite en filigrane dans ce document. Pas moins d’une vingtaine de projets autoroutiers sont ainsi considérés comme faisant parti des infrastructures prioritaires. Justifiés au nom d’impératifs de développement local, de lutte contre l’insécurité routière ou de problèmes de congestion, ces projets n’ont pas ou peu fait l’objet d’échanges approfondis avec les acteurs associatifs engagés localement.

L’impact climatique et énergétique n’est pas quantifié, laissant supposer que l’objectif de réduire notablement nos émissions de gaz à effet de serre ne serait que purement facultatif ou à tout le moins soumis à l’appréciation ou au bon vouloir des aménageurs.


Alors que l’artificialisation des terres agricoles et des espaces naturels ne cesse de gagner du terrain, le SNIT inscrit plus de 1200 kilomètres de voies autoroutières nouvelles, représentant une extension d’environ 10% du réseau autoroutier existant. Ce document acte le principe d’une des plus vastes relances du programme autoroutier que la France ait connue.

stopautoroute.jpg Les retards accumulés par l’adoption de ce document d’orientation ont ainsi permis à votre gouvernement d’acter le principe de la construction de six nouvelles autoroutes (Contournement Ouest de Strasbourg, RCEA, A831, A45, RN154, RN126) auxquels il faut ajouter l’inauguration de l’A65, de l’A19bis, de l’A406…


Avec une étonnante facilité qui ne manquera pas de surprendre les écologistes engagés, votre gouvernement a ainsi pu survendre l’illusion d’une rupture écologique tout en poursuivant le saccage de notre environnement.
 

A l’heure où la crise climatique ne fait plus de doute, à l’heure où l’augmentation du prix des carburants induit une précarité énergétique grandissante, le choix fait par votre Gouvernement de construire de nouvelles autoroutes pour un coût avoisinant les 15 à 20 milliards d’euros ne peut qu’interpeller. Pour Agir pour l’Environnement, on ne prépare pas l’avenir en recopiant les erreurs du passée.


La rupture écologique que nous appelons de nos voeux ne peut être cantonnée aux seuls discours vantant les mérites d’une écologie hors-sol. Nous vous demandons donc de bien vouloir revoir en profondeur ce Schéma National des Infrastructures de Transport afin que ce document prépare sérieusement l’avenir d’une France qui est d’ores et déjà confrontée à une raréfaction des ressources pétrolières.


Comptant sur votre disponibilité et sur votre écoute, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre (intérimaire) de l’Ecologie, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

  Stéphen Kerckhove,
  Délégué général

r ur l'Environnement  

  al102

voir communiqué de presse  : http://www.agirpourlenvironnement.org/communiques-presse/schema-national-des-infrastructures-de-transport-derniere-ligne-droite-avant-la-s

 

communiqué de presse pdf

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 20:07

Attention avec les conditions climatiques défavorables et les dernières chute de neige de ce week-end, les circulations des bus sont très incertaines et pour les trains également.

Les cars RDS

A 18h , dans un communiqué, la cellule routes du Département confirme que " les transports scolaires des réseaux gérés par le conseil général et la communauté d'agglomération de Niort (Scoltan) ne fonctionneront pas au cours de la journée de lundi." Par ailleurs, les lignes régulières RDS et les TAN sont suspendues jusqu'à lundi 11 h. La remise en route des lignes sera décidée au cas par cas au cours de la matinée de lundi.

Les lignes autour de Bressuire ne seront donc pas assurées ce lundi avant 11h.

Renseignez vous sur mobilité79 : http://mobilite79.fr

http://www.lepetiteconomiste.com/IMG/jpg_mobilite79.jpg

Par ailleurs, à Maulévrier l'arret du car RDS est déplacé.

Ligne 14 du RDS

A partir du jeudi 02 février 2012, et pour une durée de 2 mois, l'arrêt de la Place des Halles de Maulévier est supprimé et transféré devant la Poste

Repost 0