Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bons plans

Accueil du site

Nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

 

Bressuire<>Thouars<>Tours : l'actu SNCF

 

Nantes<>Bressuire<>Poitiers Nouveaux TER : cliquez ici

Le guide des transports pour les étudiants : cliquez ici

 

Vous rechercher un horaire    au départ de Bressuire,    cliquez ici

Recherche

FNAUT : Fédération Nationale des Usagers des Transports
Association d'usagers dont le but est de défendre les usagers des transports publics et de participer à la promotion des trains et des cars.

 Pour être tenu informé des actualités par mail, inscrivez-vous à la lettre d'actualité à gauche de cet écran : rubrique "Vous prévenir"
Pour agir en faveur du transport public et du TER, ou simplement pour nous soutenir, adhérez à la FNAUT ! cliquez ici

Pour nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

Poitou-Charentes

 

 

logopoitouchbleu

Fédération  Nationale des Associations d'Usagers des Transports
www.fnaut-pc.asso.fr
Association régionale de défense des usagers des transports urbains, inter-urbains, régionaux et inter-régionaux

 

Vous souhaitez adhérer à la FNAUT : cliquez ici

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 18:17
Lancé par le gouvernement, développé par RFF, le projet doit voir le jour en septembre-octobre 2011. D'ici là, le tunnel de Poitiers sera mis au gabarit.
 
Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports, l'a confirmé dimanche aux Salons de Blossac à Poitiers. Le Poitou-Charentes, la Vienne et plus particulièrement Poitiers sont directement concernés par le plan de relance du fret ferroviaire.
Sur le secteur du fret, la SNCF perd de l'argent (600 M€ en 2009) et des parts de marchés. Les donneurs d'ordre regrettent son absence de réactivité. La société nationale met en avant la faible disponibilité des « sillons ferroviaires » : le temps durant lequel la voie ferrée est disponible au fret.
 
Sur la voie ferrée actuelle
 
Elle a surtout fait le pari du trafic voyageurs. Il y a un mois, le gouvernement s'est engagé à consacrer 7 milliards d'euros d'ici 2020 au développement des infrastructures du fret ferroviaire. Sur cette somme, un milliard sera investi dans des autoroutes ferroviaires et le fret à grande vitesse. Après une première autoroute ferroviaire Perpignan-Luxembourg qui fonctionne depuis 2007, le projet d'autoroute ferroviaire « Atlantique - Ecofret » qui traverse le Poitou-Charentes va enfin sortir des cartons où il dort depuis 2003. Il s'agirait de faire circuler les camions entre Lille et Hendaye sur des wagons surbaissés de manière à faciliter leur accès sans avoir à manutentionner la cargaison. A l'origine, il avait prévu que le tracteur et son chauffeur seraient aussi du voyage (plan ci-dessus). Trop contraignant et trop coûteux, ce dispositif sera finalement réservé aux circuits courts. Sur les longues distances, comme Lille-Hendaye, seule la remorque prendra place sur le wagon.
Entre Tours et Poitiers, l'autoroute ferroviaire empruntera la voie ferrée actuelle. Il existe une difficulté : les tunnels. Ni suffisamment hauts, ni suffisamment larges. Dès à présent, Réseau Ferré de France prévoit de mettre les tunnels au gabarit. 3 M€ pour celui à la sortie sud de Poitiers. Six mois de travaux début 2011. 10 M€ pour celui d'Angoulême.

La difficulté représentée par les tunnels au sud de Poitiers (celui de la gare, mais aussi plus loin en direction de Ligugé) constitue un réel obstacle au passage des trains comportant des wagons surbaissés destinés à recevoir des semi-remorques toujours attachés à leurs tracteurs. La mise au gabarit de ces tunnels est la solution aujourd'hui retenue. Une autre aurait consisté à aménager une voie nouvelle, différente de la future ligne à grande vitesse, et destinée au seul fret. Elle semble aujourd'hui abandonnée.



Quatre à cinq allers-retours par jour

Entre 2011 et 2016, la SNCF prévoit de faire circuler de quatre à cinq trains de fret sur la future autoroute ferroviaire entre Lille et Hendaye. Chaque train rassemblerait une trentaine de semi-remorques. Ce qui représenterait 150 camions qui n'emprunteraient plus la RN 10 ou l'A 10 dans chaque sens. Bien loin du nombre des camions qui, chaque jour, empruntent les deux itinéraires. A l'horizon 2020, le nombre de vingt trains de fret est annoncé. Soit 600 camions.

Appel à un opérateur

Les études de la future ligne Atlantique Ecofret seront pilotées par Réseau Ferré de France, mais une délégation de service public devrait intervenir l'an prochain pour désigner un opérateur. C'est lui qui gérera les gares de fret et fera circuler les trains. Le succès de la ligne dépendra largement des services offerts aux transporteurs pour les inciter à quitter la route. Avec des gares faciles d'accès, des plateformes elles aussi accessibles. Des projets fleurissent un peu partout sur l'itinéraire.

Jean-Jacques Boissonneau - La Nouvelle République

Partager cet article

Repost 0

commentaires