Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bons plans

Accueil du site

Nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

 

Bressuire<>Thouars<>Tours : l'actu SNCF

 

Nantes<>Bressuire<>Poitiers Nouveaux TER : cliquez ici

Le guide des transports pour les étudiants : cliquez ici

 

Vous rechercher un horaire    au départ de Bressuire,    cliquez ici

Recherche

FNAUT : Fédération Nationale des Usagers des Transports
Association d'usagers dont le but est de défendre les usagers des transports publics et de participer à la promotion des trains et des cars.

 Pour être tenu informé des actualités par mail, inscrivez-vous à la lettre d'actualité à gauche de cet écran : rubrique "Vous prévenir"
Pour agir en faveur du transport public et du TER, ou simplement pour nous soutenir, adhérez à la FNAUT ! cliquez ici

Pour nous contacter : bressuire@fnaut-pc.asso.fr

Poitou-Charentes

 

 

logopoitouchbleu

Fédération  Nationale des Associations d'Usagers des Transports
www.fnaut-pc.asso.fr
Association régionale de défense des usagers des transports urbains, inter-urbains, régionaux et inter-régionaux

 

Vous souhaitez adhérer à la FNAUT : cliquez ici

3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 10:02
Même si Parthenay a pris tardivement le train en marche, la ligne Thouars-Parthenay-Niort a longtemps prospéré. Aujourd'hui, pourtant, elle ressemble de plus en plus à un simple chemin de traverse(s)…

Avec l'ouverture le 22 octobre 1882 de la ligne Saumur-Saintes par Niort (« NR » du 27 décembre), le rail pénètre à toute vapeur en Gâtine : le train dessert alors les gares de Saint-Loup, Gourgé, Parthenay, Saint-Pardoux et Mazières-Verruyes. L'arrivée du chemin de fer à Parthenay a certes eu des conséquences économiques mais aussi urbaines : en témoigne encore aujourd'hui l'avenue de la Gare, inaugurée en décembre 1882, longue de 436 m et large de 10 m ! Placée sur l'itinéraire Paris-Bordeaux des Chemins de fer de l'Etat, via Chartres, la ligne Thouars-Parthenay-Niort voit alors défiler chaque année des dizaines de milliers de voyageurs.
Côté fret, la gare de marchandises fait figure de véritable locomotive économique. Cet important trafic bénéficie notamment de l'essor des entreprises familiales locales. Sans pour autant toutes les citer, elles donnent au boulevard Quinet des allures de fourmilière du début du XXe siècle jusqu'aux années soixante. La scierie Calvet reçoit ses billes de bois puis expédie ses planches. Installée tout près, la quincaillerie Beauchamp réceptionne des wagons de matériel lourd et de charbon. Dans les années cinquante, Panzani fait venir des convois entiers de semoule de blé dur, depuis l'Afrique du Nord, et exporte de nombreux wagons de pâtes alimentaires.

Gare-Parthenay-Historique.JPG
 
7.200 tonnes de briques en 1953
 
La maison Fillon fait venir des trains d'arachide depuis Madagascar et Israël, destinés à sa brûlerie de cacahuètes installée avenue du Maréchal-Leclerc. Les Ateliers de la Chaînette se font livrer par rail des barres d'acier déchargées au moyen d'un pont roulant installé au-dessus du boulevard Quinet. La briqueterie Ayrault bénéficie même d'un embranchement ferroviaire particulier. La ligne connaît un trafic intense : en 1953 ont par exemple été expédiés depuis Parthenay 280 chevaux, 1.482 bovins, 1.729 jeunes porcs, 1.689 moutons, sans oublier 3.900 tonnes de pommes à couteau et 7.200 tonnes de briques… Mais derrière ces chiffres, se dissimule une réalité moins brillante. Vers 1925, il faut compter 7 heures pour effectuer le trajet Niort-Paris ! Pire, avec la création de la SNCF, la ligne Paris-Tours-Poitiers-Bordeaux est électrifiée à partir de 1938. Elle vient concurrencer directement la liaison Paris-Bordeaux, via Saumur, Parthenay et Niort.
En 1950, l'omnibus partant de Thouars à 7 h 15 n'arrive à Niort qu'à 8 h 57, après s'être arrêté treize fois… En 1980, on dénombre seulement vingt-deux passagers en moyenne sur chaque trajet Thouars-Niort. Les derniers trains réguliers de voyageurs sifflent à Parthenay le 27 septembre 1980. Aujourd'hui, l'entreprise Aubrun se fait encore livrer quelques wagons. Les convois de « cailloux » continuent de transiter par Parthenay… grâce notamment aux chantiers routiers ! Il faut bien que le rail s'oriente vers de nouvelles voies…

Cor. NR, Laurent FLEURET.

Partager cet article

Repost 0

commentaires